Фэндом

Russian Writers

А.С.Пушкин: Песни западных славян/Примечания к песням

< А.С.Пушкин: Песни западных славян

679статей на
этой вики
Добавить новую страницу
Обсуждение0 Поделиться
Песни западных славян
автор Александр Сергеевич Пушкин (1799—1837)

{{ОТекстеСкрываемаяТаблица|ДАТАСОЗДАНИЯ=1835|ДАТАПУБЛИКАЦИИ=|ЯЗЫКОРИГИНАЛА=|НАЗВАНИЕОРИГИНАЛА=|ПОДЗАГОЛОВОКОРИГИНАЛА=|ПЕРЕВОДЧИК=|ВИКИПЕДИЯ=|ДРУГОЕ=|ИСТОЧНИК=http://ilibrary.ru/text/774/p.1/index.html}}


Примечания Править

1 Фома I был тайно умерщвлен своими двумя сыновьями Стефаном и Радивоем в 1460 году. Стефан ему наследовал. Радивой, негодуя на брата за похищение власти, разгласил ужасную тайну и бежал в Турцию к Магомету II. Стефан, по внушению папского легата, решился воевать с турками. Он был побежден и бежал в Ключ-город, где Магомет осадил его. Захваченный в плен, он не согласился принять магометанскую веру, и с него содрали кожу.</br> 2 Щиколодка, по московскому наречию щиколка.</br> 3 Так называют себя некоторые иллирийские раскольники.</br> 4 Фаланга, палочные удары по пятам.</br> 5 Радивой никогда не имел этого сана; и все члены королевского семейства истреблены были султаном.</br> 6 Кафтан, обыкновенный подарок султанов.</br> 7 Анахронизм.</br> 8 Трогательный обычай братования, у сербов и других западных славян, освящается духовными обрядами.</br> 9 Неизвестно, к какому происшествию относится эта песня.</br> 10 Потеря сражения приписывается далматам, ненавистным для влахов.</br> 11 Жиды в турецких областях суть вечные предметы гонения и ненависти. Во время войны им доставалось от мусульман и христиан. Участь их, замечает В. Скотт, походит на участь летучей рыбы. — Мериме.</br> 12 Банялука, прежняя столица Боснийского пашалыка.</br> 13 Селихтар, меченосец.</br> 14 Все народы почитали жабу ядовитым животным.</br> 15 Мицкевич перевел и украсил эту песню.</br> 16 Гайдук, глава, начальник. Гайдуки не имеют пристанища и живут разбоями.</br> 17 Западные славяне верят существованию упырей (vampire). См. песню о Марке Якубовиче.</br> 18 Мериме поместил в начале своей Guzla известие о старом гусляре Иакинфе Маглановиче; неизвестно, существовал ли он когда-нибудь; но статья его биографа имеет необыкновенную прелесть оригинальности и правдоподобия. Книга Мериме редка, и читатели, думаю, с удовольствием найдут здесь жизнеописание славянина-поэта.</br>

Notice sur Hyacinthe Maglanovich3</br></br>.
Hyacinthe Maglanovich est le seul joueur de guzla que j'aie vu, qui fût aussi poète; car la plupart ne font que répéter d'anciennes 
chansons, ou tout au plus ne composent que des pastiches en prenant vingt vers d'une ballade, autant d'une autre, et liant le tout
au  moyen de mauvais vers de leur façon.</br>
Notre poéte est né à Zuonigrad, comme il le dit lui-même dans sa ballade intitulée L'Aubépine de Veliko. Il était fils d'un 
cordonnier, et ses parents ne semblent pas s'être donné beaucoup de mal pour son éducation, car il ne sait ni lire ni écrire. A
l'âge  de huit ans il fut enlevé par des Tchingénehs ou Bohémiens. Ces gens le menèrent en Bosnie, où ils lui apprirent leurs tours
et le  convertirent sans peine à l'islamisme, qu'ils professent pour la plupart. 1) Un ayan ou maire de Livno le tira de 
leurs mains et le prit à son service, où il passa quelques années.</br>
Il avait quinze ans, quand un moine catholique réussit à le convertir au christianisme, au risque de se faire empaler s'il était
découvert; car les Turcs n'encouragent point les travaux des missionnaires. Le jeune Hyacinthe n'eut pas de peine à se décider à 
quitter un maître assez dur, comme sont la plupart des Bosniaques; mais, en se sauvant de sa maison, il voulut tirer vengeance de ses
mauvais traitements. Profitant d'une nuit orageuse, il sortit de Livno, emportant une pelisse et le sabre de son maître, avec
quelques sequins qu'il put dérober. Le moine, qui l'avait rébaptisé, l'accompagna dans sa fuite, que peut-être il avait conseillée.
De Livno à Scign en Dalmatie il n'y a qu'une douzaine de lieues. Les fugitifs s'y trouvèrent bientôt sous la protection du 
gouvernement vénitien et à l'abri des poursuites de l'ayan. Ce fut dans cette ville que Maglanovich fit sa première chanson: il 
célébra sa fuite dans une ballade, qui trouva quelques admirateurs et qui commença sa réputation.  2)
Mais il était sans ressources d'ailleurs pour subsister, et la nature lui avait donné peu de goût pour le travail. Grâce à 
l'hospitalité morlaque, il vécut quelque temps de la charité des habitants des campagnes, payant son écot en chantant sur la guzla 
quelque vieille romance qu'il savait par c<œ>ur. Bientôt il en composa lui-même pour des mariages et des enterrements, et sut si  bien
se rendre nécessaire, qu'il n'y avait pas de bonne fête si Maglanovich et sa guzla n'en étaient pas.</br>
Il vivait ainsi dans les environs de Scign, se souciant fort peu de ses parents, dont il ignore encore le destin, car il n'a jamais
été à Zuonigrad depuis son enlèvement.</br>
A vingt-cinq ans c'était un beau jeune homme, fort, adroit, bon chasseur et de plus poète et musicien célèbre; il était bien vu de
tout le monde, et surtout des jeunes filles. Celle qu'il préférait se nommait Marie et était fille d'un riche morlaque, nommé 
Zlarinovich. Il gagna facilement son affection et, suivant la coutume, il l'enleva. Il avait pour rival une espèce de seigneur du 
pays, nommé Uglian, lequel eut connaissance de l'enlèvement projeté. Dans les mœurs illyriennes l'amant dédaigné se console 
facilement et n'en fait pas plus mauvaise mine à son rival heureux; mais cet Uglian s'avisa d'être jaloux et voulut mettre obstacle 
au bonheur de Maglanovich. La nuit de l'enlèvement, il parut accompagné de deux de ses domestiques, au moment où Marie était déjà 
montée sur un cheval et prête à suivre son amant. Uglian leur cria de s'arrêter d'une voix menaçante. Les deux rivaux étaient armés 
suivant l'usage. Maglanovich tira le premier et tua le seigneur Uglian. S'il avait eu une famille, elle aurait épousé sa querelle,  et
il n'aurait pas quitté le pays pour si peu de chose; mais il était sans parents pour l'aider, et il restait seul exposé à la 
vengeance de toute la famille du mort. Il prit son parti promptement et s'enfuit avec sa femme dans les montagnes, où il s'associa 
avec des heyduques 3).</br>
Il vécut longtemps avec eux, et même il fut blessé au visage dans une escarmouche avec les pandours 4). Enfin, ayant 
gagné quelque argent d'une manière assez peu honnête, je crois, il quitta les montagnes, acheta des bestiaux et vint s'établir dans 
le Kotar avec sa femme et quelques enfants. Sa maison est près de Smocovich, sur le bord d'une petite rivière ou d'un torrent, qui  se
jette dans le lac de Vrana. Sa femme et ses enfants s'occupent de leurs vaches et de leur petite ferme; mais lui est toujours en 
voyage; souvent il va voir ses anciens amis les heyduques, sans toutefois prendre part à leur dangereux métier.</br>
Je l'ai vu à Zara pour la première fois en 1816. Je parlais alors très facilement l'illyrique, et je désirais beaucoup entendre on
poète en réputation. Mon ami, l'estimable voivode Nicolas***, avait rencontré à Biograd, où il demeure, Hyacinthe Maglanovich, qu'il 
connaissait déjà, et sachant qu'il allait à Zara, il lui donna une lettre pour moi. Il me disait que, si je voulais tirer quelque 
chose du joueur de guzla, il fallait le faire boire; car il ne se sentait inspiré que lorsqu'il était à peu près ivre.
Hyacinthe avait alors près de soixante ans. C'est un grand homme, vert et robuste pour son âge, les épaules larges et le cou
remarquablement gros; sa figure est prodigieusement basanée; ses yeux sont petits et un peu relevés du coin; son nez aquilin, assez 
enflammé par l'usage des liqueurs fortes, sa longue moustache blanche et ses gros sourcils noirs forment un ensemble que l'on oublie 
difficilement quand on l'a vu une fois. Ajoutez à cela une longue cicatrice qu'il porte sur le sourcil et sur une partie de la joue. 
Il est très extraordinaire qu'il n'ait pas perdu l'œil en recevant cette blessure. Sa tête était rasée, suivant l'usage presque 
général, et il portait un bonnet d'agneau noir: ses vêtements étaient assez vieux, mais encore très propres.</br>
En entrant dans ma chambre, il me donna la lettre du voivode et s'assit sans cérémonie. Quand j'eus fini de lire: vous parlez donc  
l'illyrique, me dit-il d'un air de doute assez méprisant. Je lui répondis sur-le-champ dans cette langue que je l'entendais assez  
bien pour pouvoir apprécier ses chansons, qui m'avaient été extrêmement vantées. Bien, bien dit-il; mais j'ai faim et soif: je 
chanterai quand je serai rassasié. Nous dinâmes ensemble. Il me semblait qu'il avait jeûné quatre jours au moins, tant il mangeait 
avec avidité. Suivant l'avis du voivode, j'eus soin de le faire boire, et mes amis, qui étaient venus nous tenir compagnie sur le 
bruit de son arrivée, remplissaient son verre à chaque instant. Nous espérions que quand cette faim et cette soif si extraordinaires 
seraient apaisées, notre homme voudrait bien nous faire entendre quelques uns de ses chants. Mais notre attente fut bien trompée.  
Tout d'un coup il se leva de table et se laissant tomber sur un tapis près du feu (nous étions en décembre), il s'endormit en moins 
de cinq minutes, sans qu'il y eût moyen de le réveiller.</br>
Je fus plus heureux, une autre fois: j'eus soin de le faire boire seulement assez pour l'animer, et alors il nous chanta plusieurs 
des ballades que l'on trouvera dans ce recueil.</br>
Sa voix a dû être fort belle; mais alors elle était un peu cassée. Quand il chantait sur sa guzla, ses yeux s'animaient et sa figure
prenait une expression de beauté sauvage, qu'un peintre aimerait à exprimer sur la toile.</br>
Il me quitta d'une façon étrange: il demeurait depuis cinq jours chez moi, quand un matin il sortit, et je l'attendis inutilement 
jusqu'au soir. J'appris qu'il avait qutté Zara pour retourner chez lui; mais en même temps je m'aperçus qu'il me manquait une paire 
de pistolets anglais qui, avant son départ précipité, étaient pendus dans ma chambre. Je dois dire à sa louange qu'il aurait pu 
emporter également ma bourse et une montre d'or qui valaient dix fois plus que les pistolets, qu'il m'avait pris.</br>
En 1817 je passai deux jours dans sa maison, où il me reçut avec toutes les marques de la joie la plus vive. Sa femme et tous ses 
enfants et petits-enfants me sautèrent au cou et quand je le quittai, son fils aîné me servit de guide dans les montagnes pendant 
plusieurs jours, sans qu'il me fût possible de lui faire accepter quelque récompense.</br></br>
1) Tous ces détails m'ont été donnés en 1817 par Maglanovich lui-même.</br>
2) J'ai fait de vains éfforts pour me la procurer. Maglanovich lai-même l'avait oubliée, ou peut-être eut-il honte de me réciter son
premier essai dans la poésie.</br>
3) Espèce de bandits.</br>
4) Soldats de la police.</br>

19 Вурдалаки, вудкодлаки, упыри, — мертвецы, выходящие из своих могил и сосущие кровь живых людей.</br> 20 Лекарством от укушения упыря служит земля, взятая из его могилы.</br> 21 По другому преданию, Георгий сказал товарищам: «Старик мой умер; возьмите его с дороги».</br> 22 Прекрасная эта поэма взята мною из Собрания сербских песен Вука Стефановича.</br> 23 Песня о Яныше королевиче в подлиннике очень длинна и разделяется на несколько частей. Я перевел только первую, и то не всю.</br>

Обнаружено использование расширения AdBlock.


Викия — это свободный ресурс, который существует и развивается за счёт рекламы. Для блокирующих рекламу пользователей мы предоставляем модифицированную версию сайта.

Викия не будет доступна для последующих модификаций. Если вы желаете продолжать работать со страницей, то, пожалуйста, отключите расширение для блокировки рекламы.

Также на Фэндоме

Случайная вики